lundi 24 janvier 2011

Le classement mondial des éditeurs logiciels, que faire pour que ça change

Le classement mondial des éditeurs logiciels

Il y a quelques jours, l'AFDEL a dévoilé son étude annuelle sur le classement des éditeurs logiciels. A l'occasion de cet évènement, divers commentaires ont été exprimés, nous y reviendrons par la suite.

Commençons par examiner quelques éléments de cette dernière, fruit du travail de PwC  et PAC.

L'étude

1) Classement mondial
Sur les 100 premiers éditeurs mondiaux, on trouve une seule entreprise française, Dassault Systèmes, en 22ième position. Il n'y a que 13 éditeurs européens dont le premier est SAP en 4ième position. L'écrasante majorité des places de ce classement est occupée par des compagnies américaines qui prennent 9 des 10 premières places.

Notons que si ce classement prenait en compte l'industrie du jeu, deux français entreraient dans le classement : Activision Blizzard et Ubisoft.

2) Saas
On trouve dans le classement, les éditeurs diffusant, tout ou partie de leur logiciel, en mode Saas :
Salesforce : 24
Amazon : 40
Google : 48
Le classement ne prend, bien entendu, en compte que les revenus liés à la vente de logiciels.
La proportion est encore faible mais déjà tous les acteurs sont américains.

En 2009, 3,7% des revenus de l'édition logicielle américaine était constitué à travers un canal Saas contre 1,1 en Europe.

3) Europe
Dans le classement européen, on compte 17 français dont un seul dans les dix premiers, notre champion national, Dassault systèmes, en 3ième position.

Le détail du classement par pays fait apparaitre une très grosse différence entre les premières entreprises du classement et le reste du peloton. En France et en Allemagne le premier a un CA dix fois plus gros que son suivant.

4) Asie
Le Japon place 6 entreprises dans le top 100.

La Chine et l'Inde sont encore loin derrière les premiers (un seul chinois dans les 100 premiers en 96ième position) mais recèlent un potentiel extrêmement important.


Les commentaires

http://www.lemondeducloud.fr/lire-opiniatre-l-afdel-poursuit-ses-actions-pour-doper-l-industrie-du-logiciel-32565.html
http://itrmanager.com/articles/113771/rapport-pwc-afdel-logiciel-secteur-profonde-mutation.html
http://www.distributique.com/actualites/lire-l-afdel-sonne-le-rassemblement-15711.html


1) Changement de modèle
L'industrie du logiciel commence à être significativement affecté par le phénomène du Saas. Au delà de la partie purement marketing, on voit émerger des modèles économiques innovants, de nouveaux canaux de distribution, des offres tarifaires différentes.

Les technologies du cloud computing, du web, du Saas permettent à toutes les entreprises du secteur de proposer des solutions plus souples, plus simples, moins chères. La transition entre le modèle de vente traditionnel du logiciel et le Saas remets, en quelque sorte, les compteurs à zéro et permet aux entreprises imaginatives de se démarquer.

2) Collaboration
D'une manière générale, tout le monde constate la difficulté d'émerger dans la bagarre mondiale du secteur. L'une des approches permettant aux PME françaises de tirer leur épingle du jeu consiste à mettre en place des éco-systèmes de plusieurs entreprises collaborant pour générer de la valeur ajoutée pour leurs clients. Ces collaborations doivent avoir pour but la création d'une dynamique commerciale et être centrées sur l'efficacité à court terme, privilégier le "bottom-up" tactique plutôt que le "top-down" stratégique.

Pour reprendre l'expression de Pierre Gattaz, il faut apprendre à "chasser en meute".

Ces deux idées montrent bien que nous sommes à l'orée de changements importants sur le plan des modes de construction techniques des offres mais aussi sur la manière de les commercialiser.

Ce contexte semble particulièrement favorable à notre initiative de "Coopérative du Cloud".

http://www.faascape.com

2 commentaires:

  1. Une revolution est un changement brutal d’etat… on ne passera pas du jour au lendemain à des applications tel qu’on les connait aujourd’hui, aux applications super-intelligente nous pourrissant de pub…

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement, certains changements prennent du temps, d'autres moins.
    L'utilisation de la publicité n'est pas le seul modèle possible. On peut imaginer que des clients choisissent de payer un abonnement pour obtenir l'accès à des applications en ligne ... sans publicité.

    RépondreSupprimer